isset($content_obj)}
    Vous êtes ici : 
  • Accueil» 
  • Matériels en cours de test
Voici la liste des matériels outdoor actuellement en tests et qui feront l'objet d'un article dans les mois qui viennent.

Konos TRS Outdry (Columbia)

Données fabricant : Une chaussure de randonnée imperméable, rapide et légère combinant vitesse et confort. 
Rapidité et liberté de mouvement se conjuguent dans cette chaussure de randonnée imperméable et légère conçue pour le confort et la vitesse, quelles que soient les conditions.
Le maillage technique et les renforts sans coutures offrent un maintien léger avec un ajustement confortable au milieu du pied.
Inspirée d’une pomme de pin, la semelle intercalaire technique maintient le talon pour une stabilité tout en confort, tandis que les dômes de déflexion au talon et à l’avant-pied absorbent les chocs pour rester à l’aise tout au long de la journée.
Poursuivez votre aventure, quelles que soient les conditions, grâce à la semelle extérieure adhérente robuste sur les sentiers humides ou secs.

TIGE : Tige en maille technique avec renforts sans coutures pour plus de durabilité et de maintien. Le Navic Fit System™ offre un ajustement naturel parfait au milieu du pied. Construction respirante et imperméable OutDry™.
SEMELLE INTERCALAIRE : Système Omni-Max™ Plus : Une semelle intercalaire Techlite+™ technique maintient le talon pour un équilibre optimal, tandis que les dômes de déflexion à l’avant-pied et au talon absorbent les chocs, contribuant ainsi à réduire la pression sur le pied. Les rainures flexibles profondes à l’avant-pied offrent un mouvement amélioré pour une foulée plus efficace.
SEMELLE EXTÉRIEURE : La semelle extérieure Adapt Trax™ offre une adhérence exceptionnelle dans les conditions humides comme sèches.
Poids : 311g la ½ paire pour une pointure 42
Utilisations: Fast Hiking

Les tests: Et voilà la Konos TRS, en 42.5 sur ma balance : 338 grammes soit 676 gr la paire.
Déjà 15 jours de tests et je peux dire que c'est une une chaussure Columbia, c'est à dire super confortable avec un bon amorti tout en douceur. Dans sa version blanche et bleue, elle adopte un look plutôt urbain, et est très à l'aise sur le bitume, et les sentiers bien marqués. Les autres couleurs seront davantage typées outdoor et craindront moins la poussière des chemins. Mais avec le coloris clair c'est une très belle chaussure polyvalente que j'aime emmener en voyage. Je sais qu'elle ne sera pas fatigante et agréable en de multiples circonstances.

Le confort est le maître mot de la Konos. Avec son tissu mesh, son superbe amorti et une prise talon réussie, on a un maintien de pied agréable, pas trop prenant, mais assez précis. l'amorti est bien présent tout le long du pied et particulièrement au talon. Il est plutôt souple et donne une marche "sur coussin d'air" que je trouve très agréable. Si l'envie nous prend de faire de petites foulées, la Konos vous rendra la vie facile et vous garantira un confort pour les pas de course occasionnels.

Elle est précise dans le posé de pied et très agréables pour les montées raides en terrain sec dans les sentiers biens marqués. C'est une chaussure très motivante pour les efforts cardio dans les montées, une chaussure légère de fast hiking par excellence, pour peu que l'on ne cherche pas les terrains trop techniques ou abrasifs.

Dans les descentes, le crantage de la semelle et sa souplesse la limiteront assez vite dans les pentes caillouteuses. Dans les terrains de montagne, comme à la sainte victoire, on devra compenser le manque de rigidité et de crantage sur les jambes dès que la pente devient prononcée.

Comme je le sous entend plus haut, la limite de cette chaussure est son confort souple qui ne la rend pas très productive dans les terrains de montagne. Tous les terrains abrasifs fatigueront assez vite son tissu stresh.
Dans cet ordre d'idée, ce n'est pas une chaussure pour les terrains scabreux et rocheux , et loin des caractéristiques des chaussures d'approches capables d'évoluer dans la verticalité.

Ses grandes qualités sont dans le confort, assez exceptionnel, dans sa capacité à évoluer dans les bons sentiers qui tracent du dénivelé. Elle a en outre une membrane outdry qui lui permet d'affronter sereinement la rosée du matin ou les herbes après la pluie.

Troll doudoune (Valandré)

Valandré, c'est la référence pour le duvet. Duvet des Pyrénées oblige, le siège est à Belcaire, à une encablure du Pic Carlit. Cette société française fabrique des sacs de couchage et des vêtements qui visent les meilleures performances thermiques. Depuis plusieurs années la fabrication et le remplissage en duvet se passent en Tunisie. Là bas aussi le virus a sévi. En mars 2020, l'usine a du fermer lors du confinement total du pays. Tout était à l'arrêt, plus un bruit dans les ateliers ... C'est à ce moment que l'équipe de conception, les designers, ont pu se poser, et travailler dans le calme. De ce moment de gestation inédit est sorti le concept de la veste Troll. Une veste articulée et avec une membrane. Une veste que nous allons pouvoir tester bientôt...
Sur ma balance, je vois 717 grammes pour la veste en taillle L, ce qui est pile sur les données fabricant. Elle est livrée avec un sac de compression qui pèse 26 grammes.
Le garnissage en duvet d'oie blanche est de 307 grammes, c'est beaucoup plus que dans l'ancienne Bifrost, et on se rapproche de la dimension de l'Immelman (373gr)

test en hivernale (fin novembre) dans le massif des Ecrins. Montée au bivouac de 1200m et le lendemain 650m de brasses dans les premières neiges d'hiver pour rallier un petit sommet entre la cime du Vallon et les Rouies. Je n'ai pu garder la doudoune durant la montée, mais je l'avais dans le sac comme vêtement de sécurité. Au bivouac et toute la nuit avec une première peau c'était très confortable et respirant. Au sommet c'est un confort, voir un réconfort qui régénère avant la descente. Le vêtement en duvet a sur moi un pouvoir régénérateur au niveau du mental. Il réconforte, redonne confiance en soi.

test en hivernale (fin décembre) dans la haute Ubaye. Montée au refuge de 1000 mètre en raquettes par un long itinéraire où il a fallut tracer et le lendemain, un départ par temps froids avec un poil de vent. Mais c'est surtout pour la nuit que la veste Troll a été plus qu'utile. Pour économiser un kilo de portage, j'avais fait le pari de dormir avec la veste sans sac de couchage. J'ai utilisé 2 couvertures du refuge, un collant sous le pantalon de ski de rando et deux paires de chaussettes. En haut une première peau en Mérinos et la veste Troll. Pari gagné car j'ai eu largement assez chaud pour passer une bonne nuit. L'avantage de ce système, c'est que le sac de couchage ne sert que la nuit (sauf accident) et donc c'est un réel gain de poids de pouvoir s'en passer. Je pense qu'un petit duvet de 800 grammes avec une veste sera plus confortable que mon système, surtout sur plusieurs nuits, cependant le gain de poids est parfois primordial en hiver avec des raquettes et des crampons.

Durant les épisodes froids de cette ascension, la veste Troll a été un bonheur! Une fois enfilée, une chaleur douce et enveloppante arrive immédiatement. C'est un vrai réconfort et une solide sécurité.

La technicité générale est au top, avec le double tanka qui permet un seul réglage du bas de la veste, sa capuche impeccable qui protège sans assombrir la vue.

Duvet d'oie blanche d'origine européenne... Est-ce à dire que Valandré ne se fournit plus dans les Pyrénnées?
C'est un fait, la réputation de Valandré repose, entre autre, sur le célèbre duvet des oies grises d'élevages pyrénéens. Or pour le modèle Troll, le garnissage est étiqueté "Oie blanche 90/10 850 US 800 EUR"
C'est à dire un cuin (pouvoir gonflant) de 800 norme européenne et 850 norme américaine. C'est toujours le très haut de gamme en qualité, mais la provenance est différente, et surtout n'est plus "locale".
Nous avons voulu savoir pourquoi et une responsable de Valandré nous a indiqué que la marque avait besoin de diversifier ses fournisseurs. Le duvet d'oie blanche utilisée pour la veste Troll est d'origine Europe. Le fournisseur est allemand, et je pense à titre personnel que le duvet doit provenir de l'Europe de l'est: Hongrie ou Tchéquie.
Quoi qu'il en soit les caractéristiques sont les mêmes que celles du duvet d'oie des Pyrénnées et à l'heure actuelle seule la veste Troll est garnie en duvet européen. Tous les autres modèles de vestes et les sacs de couchage sont équipés du duvet des pyrénnées.
Peut être que celui-ci n'est pas le mieux placé en terme de rapport qualité prix? Je n'ai pas les infos pour l'affirmer. Je pense que dans la conjoncture actuelle une diversification de fournisseurs est un point important pour un fabricant de matériels techniques comme Valandré.
A l'épreuve des tests et en comparant avec d'autres modèles Valandré, je ne vois aucune différence sur la qualité du garnissage. Et c'est bien le plus important!...


Veste Trek 500 (Quechua)

En regardant les vêtements dans mon Décathlon préféré, je tombe sur la veste Trek500, qui me semble être l'offre hardshell la plus aboutie et la plus avantageuse sur le papier, même comparé au matériel estampillé Simond. Une membrane noname, mais certainement Novadry à 20 000 Shmebers, de belle aérations d'aisselles, et une capuche qui donne une impression de protection satisfaisante, le tout à 120€, cela semble être une bonne réponse aux exigences de la randonnée engagée, et même de l'alpinisme.
Sur ma balance, une veste XS est à 440 grammes. Le poids donné par le fabricant est de 500 grammes en taille L, ce n'est plus du light mais c'est encore assez léger pour un vêtement de cette dimension.


Données fabricant:
Construction hybride
Combinaison d'un tissu résistant et protecteur (147 gr/m2 ; 70 deniers) sur les zones à protéger des frottements (épaules, extérieur du bras, bas de vêtement devant et dos) et d'un tissu léger et respirant (109 gr/m2 ; 20 deniers) ailleurs. Dos 2 cm plus long que l'avant afin d'assurer une protection maximale et de recouvrir la couche 2 thermique portée en dessous le cas échéant.
Capuche entièrement réglable en hauteur et en profondeur. Visière semi-rigide avec bandeau en mesh intégré pour apporter un haut niveau de protection et un meilleur maintien. Le col montant haut protège efficacement le bas du visage.
Zip frontal:Utilisation d'un zip étanche YKK AquaGuard sur toute la longueur avec un rabat intérieur permettant de protéger du vent. Sous-patte repliée sur le bas pour faciliter l'enclenchement du zip. Double curseur permettant une ouverture par le bas de la veste. Rabat en tissu doux en haut du col pour protéger le menton.Resspirabilité: RET < 8 pour le tissu le plus léger ; RET < 12 pour le tissu le plus résistant. On mesure la résistance d’un tissu à une pression d'eau exprimée en mm de colonne d'eau (test basé sur la norme ISO 811). Plus la pression est élevée, plus le tissu est imperméable. Voici les valeurs d' imperméabilité de la veste Trek 500 : 25 000 mm avant lavage pour le tissu le plus léger (11 000 mm après 5 lavages) 20 000 mm avant lavage pour le tissu le plus résistant (17 000 mm après 5 lavages)
L'imperméabilité de la veste a été testée sous une pluie de 450 litres d’eau / m² / heure pendant 4 heures. Ce test reproduit les conditions d’une tempête en montagne.
Respirabilité du tissu:Pour savoir si un tissu est respirant, on mesure sa résistance évaporative RET (test basé sur la norme ISO 11092). Plus la résistance est faible, plus le tissu laisse s’échapper la vapeur d'eau générée par le corps en activité, donc plus le tissu est respirant. On considère que si : * RET < 9 = tissu très respirant * 9 < RET < 12 = tissu respirant. Voici les valeurs de respirabilité de la veste Trek 500 : RET < 8 pour le tissu le plus léger RET < 12 pour le tissu le plus résistant

On va tester cette veste qui semble être une bonne solution pour un budget de premier prix.

Premier test par vent du nord 40 km/h. La coupe est jolie. Bien adaptée à la morphologie féminine et la protection wind stop dans l'ensemble est bonne.
Un peu de frayeur avec le zip qui accroche un peu au début. Par la suite il se montre plus docile.
Ce que je regrette tout de suite c'est l'insuffisance caractérisée de la poche intérieure, trop petite pour un porte monnaie et à peine assez grande pour un téléphone. C'est bien dommage car ce genre de veste sert aussi de vêtement de sortie ou de voyage. Un manque difficile à combler.
A suivre..